Le début de rencontre des joueuses d’Alain Pelletier, l’entraîneur-chef, a laissé craindre le pire pour les 640 spectateurs présents. Menées par les Varsity Blues de Toronto, le Rouge et Or a eu quelques difficultés à resserrer l’écart qui se creusait au cours du premier set. Cependant, à la suite d’un troisième temps mort, les Lavalloises se sont montrées plus motivées et ont entamé une remonté rapide grâce à un jeu d’attaque fluide. Le jeu s’est resserré et intensifié, les attaques se succèdant d’un côté comme de l’autre. À ce jeu-là, c’est quand même Toronto qui a remporté le premier set 28 à 26.
À mesure que les gradins se remplissaient, les Lavalloises prennaient confiance et le jeu se retournait en leur faveur. Grâce à une motivation retrouvée, le Rouge et Or a enchaîné les beaux points et s’est retrouvé largement en tête au milieu du second set (11-4). L’équipe de Toronto, qui a perdu sa vivacité du début de rencontre, s’est trouvée en difficulté. Même si l’équipe visiteuse, par une défense bien organisée, a réussi à réduire l’écart, elle n’est pas parvenu à réitérer son gain précédent et Laval a gagné le second set, 25 à 20.

Le troisième set a été vif et offensif des deux côtés, mais est resté largement dominé par le Rouge et Or. Bien que l’équipe de Toronto a tenté, tant bien que mal, de rattraper son retard, les problèmes de communication entre les joueuses les a pénalisées, et Laval a remporté une fois de plus la période, 25 à 15. La centre lavalloise, Julie Rodrigue, a multiplié les bonnes attaques et les Rouge et Or ont eu raison de l’énergie des Varsity Blues. Laval s’est envolé vers la victoire 25 à 14 et a achevé sa superbe rencontre par un ace de Mélanie Savoie.

Un match énergique
Contrairement aux débuts difficiles qu’ont connus les Lavalloises, l’équipe masculine a démarré la rencontre sur les chapeaux de roue. De chaque côté du filet, force et technique étaient de la partie. Dans les premiers temps, Laval a mené de peu, mais les Wolfpack se sont bien défendus et ont rattrapé leur retard. Malgré tout, les locaux ont remporté le set 25 à 22.

Le deuxième set s’est déroulé sur le même tempo, autant pour Laval que pour Thompson et le jeu était placé sous le signe de l’offensif et de la cohésion entre les joueurs. Mais le Rouge et Or, qui avait l’avantage d’être porté par le soutien massif de ses amateurs, a remporté la période 25 à 20, notamment grâce à la bonne communication des trois attaquants.

Le spectacle qu’ont offert les deux équipes lors du troisième set était électrisant et imprévisible. Pendant un temps, le Rouge et Or a dominé son adversaire, mais la ténacité des visiteurs a permis à ces derniers de resserrer l’écart et d’égaliser. S’est déroulé alors un jeu esthétique et captivant, au cours duquel chaque équipe a égalisé à tour de rôle. Les visiteurs auront raison des locaux et arracheront le set de peu, 38 à 36. Remporté par Laval, 25 à 21, le quatrième set n’a pas déçu et a conclu une rencontre passionnante, par une victoire bien méritée du Rouge et Or.